Document sans titre
 

Fil RSS Souscrire au fil RSS

 
 
Loi du 11 février 2005
Présentation
L’Unisda (Union nationale pour l’Insertion Sociale du DĂ©ficient Auditif) fĂ©dère les principales associations reprĂ©sentatives des publics de personnes sourdes ou malentendantes qui (...)
 
 
Dernière mise à jour :
6 juin 2018


 


Appel aux candidats Ă l’Ă©lection prĂ©sidentielle 2012

L’Union Nationale pour l’Insertion Sociale des DĂ©ficients Auditifs (UNISDA) et les associations membres interpellent les candidats Ă l’Ă©lection prĂ©sidentielle :
- en leur communiquant la plateforme de propositions 2012-2014, diffusĂ©e depuis quelques jours
- et en leur posant 4 questions.

Leurs réponses seront publiées ici et sur notre page Facebook.

Lien vers la page Facebook "Plateforme de propositions de l’Unisda"

RĂ©ponse de Marine Le Pen (FN)

RĂ©ponse de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la RĂ©publique)

RĂ©ponse de Nicolas Sarkozy (UMP)


Paris, le 17 mars 2012

Objet : plateforme de propositions pour une sociĂ©tĂ© vraiment accessible pour les personnes sourdes, malentendantes, devenues sourdes et leurs familles.

Madame la candidate, Monsieur le candidat,

Nous vous fĂ©licitons pour votre candidature Ă la PrĂ©sidence de la RĂ©publique. Nous vous remercions pour l’attention que vous consacrerez Ă notre plateforme de propositions touchant directement 5 millions de personnes. Cette plateforme vient d’ĂŞtre mise en ligne sur notre site Internet ainsi que sur notre rĂ©seau social.

Sept ans après l’adoption de la loi du 11 fĂ©vrier 2005, nos publics attendent l’application de mesures toujours essentielles. Ces rĂ©ponses concernent l’accessibilitĂ© collective et la compensation individuelle. En effet, quand la surditĂ© prive de l’accès Ă l’information et Ă la communication, elle compromet l’Ă©panouissement individuel et social.

Parmi les sujets qui nous tiennent plus particulièrement Ă cœur, soulignons :

- la scolarisation des jeunes sourds : la loi du 11 fĂ©vrier 2005 confie aux parents et aux jeunes sourds la responsabilitĂ© et le choix d’un projet linguistique. Ce choix qui s’appuie soit prioritairement sur une communication en langue française, soit sur une communication bilingue (Langue des Signes Française et langue française) s’impose Ă la communautĂ© Ă©ducative. Or le dispositif actuel ne satisfait pas Ă ces obligations. Il y a en effet des carences de professionnels compĂ©tents, tels que les codeurs en Langue française ParlĂ©e ComplĂ©tĂ©e (LPC) et de classes bilingues avec des enseignants Ă©galement diplĂ´mĂ©s en LSF. La politique actuelle de gĂ©nĂ©ralisation du dispositif des PASS (PĂ´le pour l’Accompagnement Ă la Scolarisation des jeunes Sourds) ne rĂ©pond ni aux besoins, ni aux attentes du terrain. Nous rappelons que l’intervention d’AVS et d’assistants de scolarisation n’est en aucun cas adaptĂ©e aux jeunes sourds. Le choix du mode de communication, pourtant inscrit dans la loi, n’est toujours pas une rĂ©alitĂ©, ainsi que l’ont constatĂ© les associations lors de la JournĂ©e de RĂ©flexion et de Concertation du 8 dĂ©cembre 2010.
Paradoxalement, la qualité des projets et du suivi scolaire pour nos enfants régresse.

- l’accès Ă l’enseignement supĂ©rieur : cet accès reste aujourd’hui encore particulièrement difficile pour bon nombre d’Ă©tudiants sourds. On dĂ©plore une croissante inĂ©galitĂ© dans les rĂ©ponses apportĂ©es aux besoins reconnus des Ă©tudiants sourds selon les universitĂ©s.

- l’information et l’accompagnement des parents : les questions du dĂ©pistage, de l’annonce de la surditĂ© et du choix Ă©clairĂ© d’un mode de communication doivent faire l’objet d’un chantier interministĂ©riel. En effet, nous souhaitons le lancement d’une nouvelle politique publique, en lien avec l’ensemble des acteurs concernĂ©s, encourageant un accompagnement sur les premiers mois de l’enfant pour que les parents puissent sereinement effectuer les choix que la loi leur garantit.

- l’accompagnement des personnes devenant sourdes : le dĂ©pistage, l’annonce du handicap, la prise en charge somatique et psychologique, y compris de la dĂ©tresse, doivent faire l’objet d’un suivi spĂ©cialisĂ© par des professionnels. Cet accompagnement, outre l’aspect mĂ©dical nĂ©cessite l’intervention d’Ă©quipes pluridisciplinaires de professionnels (orthophoniste, ergothĂ©rapeute, psychologue,…). Cela permettrait Ă toutes les personnes devenant malentendantes ou sourdes de valoriser leurs capacitĂ©s de communication et d’audition, et de rĂ©duire ainsi les consĂ©quences psychosociales de la surditĂ© acquise (cf. enquĂŞte 2010 sur le site de l’Unisda).

- l’accessibilitĂ© : la loi du 11 fĂ©vrier 2005 a fait naĂ®tre de grandes attentes chez nos publics. Elles n’ont pas, Ă ce jour, Ă©tĂ© rĂ©ellement concrĂ©tisĂ©es en matière de formations des professionnels de la communication, d’accessibilitĂ© tĂ©lĂ©phonique, d’accessibilitĂ© aux services publics, d’accessibilitĂ© du cadre bâti et d’accessibilitĂ© des soins.

o AccessibilitĂ© linguistique et professionnels de la communication : le nombre de professionnels de la communication est notoirement insuffisant pour rĂ©pondre aux besoins. La formation des interprètes en Langue des Signes Française, des codeurs en Langue française ParlĂ©e ComplĂ©tĂ©e et des techniciens de l’Ă©crit doit faire l’objet d’un plan national de dĂ©veloppement.

o AccessibilitĂ© tĂ©lĂ©phonique : le chantier en cours de « plateforme tĂ©lĂ©phonique  » doit ĂŞtre dynamisĂ©, accĂ©lĂ©rĂ© et menĂ© Ă terme dans les dĂ©lais les plus courts. C’est toute la vie personnelle, sociale et professionnelle de nos publics qui est perturbĂ©e par l’obstacle du tĂ©lĂ©phone.

o AccessibilitĂ© des services publics : la mise en place d’un accueil accessible dans les administrations a pris un retard considĂ©rable.
Le numĂ©ro 114, sous sa forme SMS et Fax pour les « appels d’urgence  » mis en place depuis septembre 2011, ne rĂ©pond pas encore Ă tous les besoins et doit entrer au plus vite dans sa deuxième phase, Ă savoir un accès en LSF et transcription Ă©crite en direct.

o AccessibilitĂ© du cadre bâti et des transports : les communications sonores doivent ĂŞtre doublĂ©es d’une communication visuelle afin d’assurer la sĂ©curitĂ© et une rĂ©elle autonomie en toutes circonstances.

o AccessibilitĂ© des soins : les dĂ©marches actuelles pour la prise en compte des besoins somatiques et de santĂ© mentale des personnes sourdes doivent aboutir pour une Ă©galitĂ© de traitement sur le territoire.

Tels sont les sujets qui représentent les fondamentaux de notre action associative aux niveaux nationaux et locaux.

D’autres thèmes, non dĂ©veloppĂ©s ici, complètent ces demandes : compensation, vie professionnelle, dĂ©tresse psychologique et santĂ©, tĂ©lĂ©vision et culture, image et reprĂ©sentation du handicap, les personnes âgĂ©es sourdes, malentendantes, devenues sourdes. Ils sont disponibles sur notre plateforme : http://www.unisda.org/spip.php?article480.

Dans ce contexte, nous vous interpellons pour rĂ©pondre Ă ces quelques questions :

1) Quelle politique Ă©ducative et scolaire souhaitez-vous mettre en place pour nos enfants sourds de la maternelle Ă la formation professionnelle ou aux Ă©tudes supĂ©rieures ?

2) Que proposez-vous pour l’information et l’accompagnement des parents dĂ©couvrant la surditĂ© de leur enfant et des personnes devenant sourdes ?

3) Serez-vous le PrĂ©sident de l’accessibilitĂ© tĂ©lĂ©phonique ?

4) Comment envisagez-vous de rendre la sociĂ©tĂ© pleinement accessible aux personnes sourdes ou malentendantes Ă l’horizon 2015 ?

Nous sommes persuadĂ©s que vous aurez Ă cœur de rĂ©pondre aux interrogations des adhĂ©rents de toutes nos associations, et nous vous en remercions.

Restant Ă votre disposition pour tout complĂ©ment d’Ă©change ou d’information, nous vous prions d’agrĂ©er, Madame, Monsieur, l’expression de toute notre considĂ©ration.

CĂ©dric Lorant
PrĂ©sident de l’UNISDA

Clémentine Vié
PrĂ©sidente de l’AFIDEO

Matthieu Clavier
PrĂ©sident de l’ALPC

Didier VoĂŻta
Président de la Fédération ANPEDA

Henri Faivre
Président du CLAPEAHA

René Bruneau
Président du MDSF

Ginette Marlin
Présidente de Société Centrale


 

Téléchargez le PDF
RĂ©ponse - Marine Le Pen
 
RĂ©ponse - Nicolas Dupont Aignan
 
RĂ©ponse - Nicolas Sarkozy
 
Document sans titre

©2005-2013 - UNISDA - 37-39, rue Saint-SĂ©bastien - 75011 PARIS | TĂ©l. : 01.44.07.22.59 Contacts
Réalisé par Etrecreatif