Document sans titre
 

Fil RSS Souscrire au fil RSS

 
 
Loi du 11 février 2005
Présentation
L’Unisda (Union nationale pour l’Insertion Sociale du D√©ficient Auditif) f√©d√®re les principales associations repr√©sentatives des publics de personnes sourdes ou malentendantes qui (...)
 
 
Dernière mise à jour :
6 juin 2018


 


√‰ducation : incompr√©hension des associations sur les am√©nagements des examens pour les jeunes sourds et malentendants

La direction du service interacad√©mique des examens et concours (SIEC) des acad√©mies de Paris, Cr√©teil et Versailles a adress√© un courrier en date du 22 mars 2012 aux chefs d’√©tablissements accueillant des √©l√®ves sourds.

Ce courrier remet en cause les dispositions prises ant√©rieurement, apr√®s proposition des m√©decins des MDPH concern√©es et validation par les services administratifs, conform√©ment aux directives de la circulaire du 27 d√©cembre 2011 (2011-220) et de l’article L112-3 du code de l’√©ducation.

Les textes cit√©s pr√©voient, en cas de surdit√©, le recours possible √ ¬« la participation d’enseignants sp√©cialis√©s pratiquant l’un des modes de communication familiers au candidat : lecture labiale, LSF, LPC etc. Il peut √©galement √™tre fait appel √ un interpr√®te en LSF ou √ un codeur LPC ¬ ».

Le courrier du SIEC fait √©tat des difficult√©s √ mobiliser des orthophonistes pour des missions d’assistance et pr√©conise leur remplacement, pour l’ensemble des candidats sourds, par un lexique √©crit de reformulation.

Le SIEC √©tant d√©cisionnaire des modalit√©s d’am√©nagement √ mettre en place peut l√©galement proc√©der √ des adaptations, si le principe d’√©galit√© entre les candidats est r√©ellement respect√©.

Cependant, l’UNISDA souhaite attirer l’attention sur les points suivants :

1) La circulaire de d√©cembre 2011 insiste sur le besoin de coh√©rence entre les aides utilis√©es par le candidat tout au long de sa scolarit√©, notamment dans le cadre des processus courants d’√©valuation, et celles dont il peut b√©n√©ficier lors des √©preuves d’examen. Les jeunes sourds concern√©s n’ayant jamais √©t√© entra√ģn√©s √ l’utilisation d’un lexique √©crit de reformulation, la proposition du SIEC ne respecte pas cette n√©cessit√© de coh√©rence.

2) Le courrier adress√© aux chefs d’√©tablissement comporte un certain nombre d’impr√©cisions et illogismes :
-  Il ne fait √©tat que de la difficult√© √ mobiliser des orthophonistes (professionnels non mentionn√©s dans la circulaire) mais n’aborde pas la possibilit√© d’accompagnement par des enseignants sp√©cialis√©s, interpr√®tes ou codeurs.
-  Il ne pr√©cise pas les modalit√©s des √©preuves concern√©es : √©crites ou orales, √©crites et orales ?
-  Il mentionne un lexique qui se pr√©senterait sous forme de ¬« reformulation syntaxique ¬ » ; or une explication lexicale et une reformulation syntaxique sont de nature diff√©rente.
-  ¬« Les termes pouvant poser des difficult√©s pour les malentendants ¬ » ne figurent dans aucune liste officielle, √©tant par d√©finition individuels et difficiles √ recenser.

3) Ces nouvelles dispositions ne respectent pas le principe d’√©galit√© entre tous les candidats sourds sur l’ensemble du territoire puisqu’elles ne concernent que les acad√©mies d’Ile-de- France ; les uns pourront se d√©clarer l√©s√©s de ne pas b√©n√©ficier d’aide humaine, d’autres pourront revendiquer le droit d’utilisation d’une reformulation √©crite.

C’est pourquoi l’UNISDA souhaite l’abandon d’une d√©cision non uniformis√©e et apparaissant de fa√ßon trop tardive dans le courant de l’ann√©e scolaire.

Elle attire cependant l’attention sur le fait qu’un certain nombre de difficult√©s d√©j√ signal√©es dans le cadre de l’am√©nagement des examens pour les jeunes sourds est li√© au manque de d√©finitions pr√©cises des missions des personnels d’accompagnement des √©preuves (√©crites en particulier).

La circulaire de d√©cembre 2011, en mentionnant les modes de communication, oriente implicitement vers l’id√©e d’une simple retransmission des informations orales (ce qui limite l’intervention aux seules consignes donn√©es en d√©but d’√©preuve √©crite). L’id√©e de reformulation des informations √©crites n’est pas stipul√©e. Mais, selon l’interpr√©tation ou la conception personnelle ou institutionnelle du texte, chaque professionnel intervient selon des principes diff√©rents et donc in√©galitaires.

La mesure 19 du plan gouvernementale 2010-2012 pr√©voit l’harmonisation des pratiques en mati√®re d’am√©nagement des examens et concours pour les jeunes sourds avec la diffusion de recommandations aupr√®s des autorit√©s administratives comp√©tentes. Cette mesure n’a pas encore fait l’objet d’une concertation entre les parties prenantes.

L’UNISDA demande donc qu’avant toutes nouvelles propositions d’am√©nagement des examens remettant en cause l’existant, une r√©flexion de fonds soit men√©e et aboutisse √ une d√©finition pr√©cis√©e des besoins des jeunes sourds lors des √©preuves √©crites.

Communiqu√© de l’Unisda du 4 avril 2012


Liens vers les textes règlementaires

Circulaire du 27 d√©cembre 2011 sur l’organisation des examens et concours pour les candidats pr√©sentant un handicap

Arr√™t√© du 15 f√©vrier 2012 sur la dispense et l’adaptation des √©preuves de langue vivante


 

Téléchargez le PDF
Communiqué UNISDA - Examens pour les jeunes sourds et malentendants - 4 Avril 2012
 
Courrier SIEC - Aménagement des examens pour les jeunes sourds - Mars 2012
 
Document sans titre

¬©2005-2013 - UNISDA - 37-39, rue Saint-S√©bastien - 75011 PARIS | T√©l. : 01.44.07.22.59 Contacts
Réalisé par Etrecreatif