Education des JS Html

0

Education des jeunes sourds

Environ 12 000 enfants et adolescents sourds sont accueillis, soit dans les établissements de l’Education nationale, soit dans des établissements spécialisés relevant du ministère chargé des Personnes handicapées. La montée de l’intégration scolaire se manifeste d’une part par l’accroissement du nombre de classes et unités d’intégration scolaire au sein des établissements scolaires, et par la création de Services de soutien à l’éducation familiale et à l’intégration scolaire (SSEFIS rattachés à des établissements ou autonomes, qui suivent les enfants intégrés dans des classes ordinaires ou spécialisées. Par ailleurs, il y a de moins en moins d’enfants en internat dans les établissements spécialisés.

Les établissements spécialises

Près de 120 établissements médico-sociaux , accueillent actuellement des jeunes sourds. Ces établissements sont majoritairement des établissements privés. Les enseignants relèvent en règle générale de la convention collective de 1966 et leur prise en charge est financée par la CNAMTS. Certaines associations gestionnaires d’établissements ou services privés ont passé convention avec le ministère de l’Education nationale pour les enseignants.

Les INJS

Il existe 4 Instituts nationaux de jeunes sourds (INJS), situés à Paris, Metz, Bordeaux, Cognin-Chambéry et scolarisant environ 700 élèves. Ces instituts sont de création ancienne, XVIIIe ou XIXe siècle. Ils sont sous la tutelle du ministère de la Santé. Les enseignants de ces INJS sont environ 450, relevant budgétairement et pédagogiquement de ce ministère. L’intervention des établissements médico-sociaux se transforme peu à peu avec la nécessité de projets souples et évolutifs, de travail en équipe pluri-disciplinaire, de collaboration avec des personnels extérieurs à l’institution (éducation nationale, secteur pédo-psychiatrique … ).

Les enseignants: évolution des missions

Les missions des enseignants au sein des établissements médico-sociaux se trouvent également modifiées à la suite de l’évolution générale et nécessitent de nouvelles compétences : – travail avec des enfants en très grande difficulté ou avec handicap associé. – soutien pédagogique à des élèves intégrés, après la classe ou dans la classe. – nécessaire compétence en Langue des signes française (LSF) et en Langage parlé complété (LPC) pour s’adapter à tous les projets. – prise en charge d’élèves atteignant un niveau scolaire de plus en plus élevé et inscrits dans des cursus de plus en plus variés, prise en charge d’élèves de plus en plus jeunes, prise en charge de l’éducation du langage des enfants implantés cochléaires.

La double formation des enseignants

Les enseignants dépendant du ministère des Affaires sociales sont titulaires du CAPEIS. Le CAPEIS est ouvert aux étudiants de niveau bac +3 : ils suivent une formation de deux ans au Centre de formation de Chambéry et parallèlement une formation pratique dans un établissement spécialisé. Cette formation accueille des étudiants sourds pour lesquels la certification est adaptée. Les enseignants relevant du ministère de l’Education nationale sont titulaires du CAPSAIS. Préalablement ces professionnels sont recrutés par concours au même niveau (bac+3) ; puis ils font une année d’UFM à l’issue de laquelle ils sont affectés dans des classes ordinaires. Ils ont alors une année de stage au CNEFEI de Suresnes pour la préparation du CAPSAIS option A. Cette formation n’admet pas de personnes sourdes.

Leurs statuts

Les CAPSAIS comme les CAPEIS sont des cadres A. Les CAPSAIS sont des professeurs des écoles alors que les CAPEIS sont des professeurs de l’enseignement secondaire.


Source:
Ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées

Rédaction: Avril 2003

Accès au site : www.handicap.gouv.fr

Retour