Et si les oreilles sont en bonne santé et que le bébé est toujours malentendant?

0

Nous les orientons vers des tests auditifs. Il existe trois études de base. Le premier d’entre eux, le test de réponse auditive du tronc cérébral (ABR), est susceptible de déterminer le seuil d’audition de l’enfant avec une probabilité élevée. Ce test est effectué pendant que le bébé dort ou, s’il est agité, sous anesthésie. Les sons sont transmis aux oreilles de l’enfant via des écouteurs et les électrodes collées à la tête enregistrent la réponse du cerveau aux stimuli acoustiques.

Un autre est le test d’émission otoacoustique, qui vérifie si les cellules auditives de l’oreille interne fonctionnent correctement. Le troisième est le test comportemental, qui est l’évaluation de la réaction d’un enfant aux sons. Ils peuvent même être pratiqués chez les nourrissons, mais ces jeunes enfants ne réagissent souvent clairement qu’à des sons assez forts, ce qui ne signifie pas nécessairement qu’ils peuvent entendre correctement.

Plus le diagnostic est rapide, mieux c’est?

Définitivement oui. Il s’agit d’une règle empirique générale dans le traitement des troubles de l’audition. Plus tôt nous agissons, plus grandes sont les chances de prévenir les conséquences négatives de la perte auditive. La perte auditive affecte non seulement le développement de l’enfant, mais aussi sa vie ultérieure, ses contacts sociaux et ses résultats scolaires.

Il arrive également que si la perte auditive a duré plusieurs années, a été diagnostiquée et traitée, le cerveau de l’enfant peut encore être moins efficace dans le traitement des informations auditives. Par exemple: un enfant a été guéri d’infections de l’oreille à long terme et se comporte comme s’il avait encore une mauvaise audition. C’est un peu comme un bras cassé: quand on enlève le rabat, il faut un certain temps de rééducation pour que le bras retrouve sa fonction.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here