http://www.unisda.org | Dépistage précoce de la surdité : réactions et inquiétudes de l’Unisda

0

Le dépistage universel de l’audition néonatale (TANU) vise à identifier le plus tôt possible la déficience auditive chez les nouveau-nés et les nourrissons. En cas de surdité permanente, le diagnostic et le traitement initiés avant les six mois de vie de l’enfant donnent généralement de meilleurs résultats pour le développement de la fonction auditive, du langage, de la parole, du processus d’apprentissage et, par conséquent, de l’inclusion scolaire régulière et d’une meilleure qualité de vie. .

La TANU doit être pratiquée, de préférence, dans les premiers jours de la vie (24h à 48h) à la maternité, ou, tout au plus, au cours du premier mois de vie, sauf dans les cas où l’état de santé de l’enfant ne permet pas d’effectuer les examens en dehors.Tous les nouveau-nés doivent subir le NHS et pas seulement ceux avec un indicateur de risque de perte auditive. En cas de modification du test initial, un nouveau test doit avoir lieu dans un délai maximum de 30 jours.

Le nouveau test doit être effectué sur les deux oreilles, même si l’échec du test initial est survenu unilatéralement. Les nouveau-nés ou les nourrissons présentant des indicateurs de risque de déficience auditive sont considérés, ce qui augmente de dix fois l’incidence de la surdité, ceux qui présentent les facteurs suivants dans leurs antécédents cliniques:

  • Les parents sont préoccupés par le développement, l’audition, la parole ou le langage de l’enfant.
  • Antécédents familiaux de surdité permanente, à partir de l’enfance.
  • Restez en unité de soins intensifs pendant plus de cinq jours, ou en cas de survenue de
  • l’une des conditions suivantes, quelle que soit la durée du séjour en unité de soins intensifs: ventilation extracorporelle; ventilation assistée; exposition aux antibiotiques et / ou aux diurétiques; hyperbilirubinémie; anoxie périnatale sévère; Score Apgar néonatal de 0 à 4 dans la première minute, ou de 0 à 6 dans la cinquième minute; poids à la naissance inférieur à 1 500 grammes.
  • Infections congénitales (toxoplasmose, rubéole, cytomégalovirus, herpès, syphilis, VIH).
  • Anomalies craniofaciales impliquant l’oreille et l’os temporal.
  • Syndromes génétiques qui expriment généralement une déficience auditive (tels que
  • Waardenburg, Alport, Pendred, entre autres).

Troubles neurodégénératifs (ataxie de Friedreich, syndrome de Charcot-Marie-Tooth).
Infections bactériennes ou virales postnatales telles que le cytomégalovirus, l’herpès, la rougeole, la varicelle et la méningite. Un traumatisme crânien. Chimiothérapie. En plus des tests et des retests, il est nécessaire d’assurer la surveillance et le suivi du développement de l’audition et du langage et, si nécessaire, le diagnostic et la rééducation. Il est essentiel que ce suivi ait lieu tous les mois tout au long de la première année de vie de l’enfant.

En cas de résultats satisfaisants, les parents / tuteurs doivent être informés du développement auditif et linguistique de l’enfant. Il est suggéré d’utiliser comme référence les jalons de suivi du développement de l’audition et du langage (OMS, 2006). De plus, ils doivent être informés de la nécessité d’une surveillance lors des consultations avec le pédiatre et de la réalisation d’une évaluation oto-rhino-laryngologique et audiologique entre 7 et 12 mois.

En cas d’échec du retest, tous les nouveau-nés et nourrissons doivent être référés immédiatement pour une évaluation par un oto-rhino-laryngologiste. En cas de suspicion de surdité, l’enfant doit être immédiatement référé pour une évaluation oto-rhino-laryngologique et audiologique, même s’il a obtenu des résultats satisfaisants au TANU. Les nouveau-nés et les nourrissons présentant une malformation de l’oreille, même si ce n’est que dans l’un d’entre eux, doivent être référés directement pour un diagnostic oto-rhino-laryngologique et audiologique.