Le développement de systèmes

0

Les solutions pour éviter la discrimination ou les limites d’accès pour les personnes sourdes sont différentes aujourd’hui.

Les personnes sourdes qui ont une perte auditive profonde utilisent souvent le langage des signes pour communiquer, mais d’énormes avantages, même décisifs, sont venus de plus en plus ces dernières années du diagnostic précoce, de l’utilisation d’aides auditives, du développement d’implants cochléaires et de divers autres appareils d’assistance. .

Le développement de systèmes de sous-titrage pour les événements publics et les produits audiovisuels – rendu de plus en plus facile par le développement technologique – peut également en faciliter l’accès.

A travers diverses études et documents, et à travers la Journée mondiale des sourds (3 mars), l’OMS soutient donc des actions de sensibilisation, de prévention et d’information sur la surdité. En particulier, il souligne qu ‘«il est important de garantir un accès complet aux environnements d’apprentissage et de vie pour toutes les personnes malentendantes».

Cette loi va donc dans le sens souhaité par l’OMS.

Dans notre pays et dans notre région, des règles générales protègent déjà divers aspects de la reconnaissance, du diagnostic, du traitement et de l’assistance des personnes sourdes.

Cependant, il existe des besoins supplémentaires qui justifient une règle spécifique en la matière.il est important de commencer à éduquer les jeunes et la population en général sur le phénomène de la surdité, ses causes, ses effets, sa prévention.

il est fondamental d’établir par la loi le principe du libre choix des sourds, ou de leur famille pour les mineurs, concernant les meilleures stratégies et les meilleurs supports pour assurer la communication. Une liberté de choix qui doit évidemment se fonder sur une information adéquate, complète, objective et le plus tôt possible.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here