Le décompte partiel des voix

0

BAGDAD – Trois grandes alliances de l’opposition irakienne ont menacé hier de promouvoir une vague de protestations et de désobéissance civile si de nouvelles élections parlementaires ne sont pas organisées.

L’opposition allègue qu’il y a eu fraude dans le vote du 15, qui a échoué, comme l’indiquent les résultats partiels du scrutin, par une coalition religieuse chiite qui fait partie du gouvernement, l’Alliance irakienne unie.

Le front opposé est composé de la Liste unifiée irakienne, une coalition chiite laïque dirigée par l’ancien Premier ministre Ayad Allawi, et de deux groupes arabes sunnites, qui avaient boycotté les élections de janvier – lorsque l’assemblée provisoire qui a rédigé la nouvelle constitution a été élue.

“Nous recourrons à des options pacifiques, y compris des manifestations, la désobéissance civile et un boycott du processus politique jusqu’à ce que nos demandes soient satisfaites”, a déclaré Hassan Zaidan al-Lahaibi, représentant du Front irakien sunnite pour le dialogue national. “Nous voulons une nouvelle élection, sous supervision internationale, et avec les milices gouvernementales éloignées du processus.”

Al-Lahaibi a déclaré que la décision avait été prise après quatre jours de réunions entre les représentants de près de 100 partis qui composent les alliances. Des responsables de l’opposition rencontreront cette semaine le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, pour demander son soutien.

Le décompte partiel des voix le 15 indique que l’Alliance unie conservera la majorité des 275 sièges du Parlement. Ce groupe chiite et une coalition de partis kurdes ont chacun obtenu environ un tiers des voix des Irakiens vivant à l’étranger et de celles exprimées à l’avance par les soldats, les patients hospitalisés et les prisonniers.

L’Alliance unie, dirigée par le religieux Abdul-Aziz al-Hakim, a nié que des fraudes se soient produites et a exhorté les Irakiens à accepter les résultats. L’association a déclaré qu’elle était disposée à former un gouvernement d’unité nationale avec toutes les communautés.

LA VIOLENCE

Vingt personnes sont mortes hier dans plusieurs actes de violence en Irak. Dans un cas, cinq policiers sont morts lorsque des rebelles ont ouvert le feu sur un poste de contrôle près de Baquba, au nord de Bagdad. Cinq autres policiers ont été tués dans d’autres attaques.

Dans différents quartiers de la capitale, quatre voitures piégées et une moto piégée ont fait 8 morts. Un soldat américain a également été tué à Bagdad lors d’une attaque à la grenade. À Najaf, le religieux chiite Fatah Dabhaui, de l’Alliance unie, a été abattu dans un taxi.

Hier encore, un avocat de l’équipe de Saddam Hussein a déclaré qu’un demi-frère de l’ancien dictateur, Barzan Ibrahim, avait rejeté une proposition américaine pour un poste de haut rang du gouvernement irakien en échange d’un témoignage contre l’ancien président.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here