Le droit à la santé

0

Aujourd’hui, plus de cinquante entités dans les domaines de la santé et de l’éducation se sont réunies pour discuter des aspects désastreux du PEC 186, dit PEC Emergencial, qui propose le déliement des ressources obligatoires pour la santé et l’éducation. Le droit à la santé et à l’éducation est garanti dans notre Constitution fédérale et a été atteint grâce à de nombreuses luttes de la société brésilienne.

Les deux droits sont de nature proportionnelle et dépendent des ressources pour leur efficacité. Sans la garantie de ressources suffisantes pour son entretien, le pays connaîtra un grand revers et un démantèlement du réseau scolaire et du SUS.

Il y a des règles pierreuses dans la Constitution fédérale qui ne peuvent être abolies par un amendement constitutionnel, comme celles qui garantissent les droits et les garanties individuels, y compris les droits sociaux considérés comme fondamentaux par la Cour suprême fédérale. Ainsi, la santé et l’éducation sont des droits de pierre qui ne peuvent être abolis sous aucun prétexte.

Le rapport PEC 186, présenté par le sénateur Márcio Bittar, montre qu’en plus d’approfondir les mesures d’austérité budgétaire au milieu de la pandémie, en déliant la contribution à la santé et à l’éducation du budget général de l’Union, le PEC retire de l’Union l’obligation de fournir des ressources minimales pour la santé et l’éducation de la population brésilienne.

Il n’y a pas de calculs des impacts négatifs d’une telle décision permanente sur le financement d’importantes politiques sociales.

Au moment où le pays est confronté à une crise sanitaire aussi grave, le SUS a joué un rôle fondamental et les effets dévastateurs de la pandémie seraient encore plus profonds si ce système de santé publique n’existait pas.

En outre, la tentative de conditionner l’approbation de ce PEC de restitution de l’aide d’urgence, mesure si nécessaire pour protéger des millions de Brésiliens au chômage ou survivant sur le marché informel, est indu et absurde, car le manque de ressources garanties pour la santé et l’éducation les prive de l’avenir.

Le PEC 186 n’est pas socialement acceptable et cache le manque de volonté politique de chercher d’autres voies de sortie, y compris la taxation des grosses fortunes, voie empruntée par d’autres pays.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here