http://www.unisda.org | Intervention TV du président de la République du 24 avril 2008 : sous-titrage télétexte et interprétation simultanée en LSF sur le site internet de l’Elysée

0

L’avocat doit être un partenaire actif. Il ne peut y avoir de développement de la médiation si les avocats sont exclus. L’avocat doit être impliqué dans le processus de médiation et les médiateurs doivent tenir compte de la présence de l’avocat.

Mais l’avocat doit être un partenaire respectueux dans la médiation. Il n’est pas nécessaire que ce soit hostile. L’assistance et la participation à la médiation nécessitent une modification de son comportement.

Le but est de permettre aux parties de trouver leur solution. Ils sont certes aidés par le médiateur mais aussi par les conseils de l’avocat.La médiation du droitPour développer le recours à la médiation, il faut lancer davantage d’actions ciblant trois objectifs: le public, les professionnels du droit et les tribunaux.

Ces actions commencent à donner des résultats prometteurs. Mais il ne faut pas oublier que la loi qui a introduit la médiation existe depuis plus de vingt ans.

Conformément à l’article 9 de la directive européenne du 21 mai 2008, les États membres encouragent par tous les moyens appropriés la mise à disposition du public, notamment sur Internet, des informations sur la manière de contacter les médiateurs et les organisations fournissant des services de médiation.

Cette tâche d’information incombe aux conseils départementaux d’accès aux conseils de justice, présidé par le président du tribunal de grande instance de la capitale départementale, qui doit mettre à disposition des documents, tels que des brochures, et publier des informations sur Internet.

Certains conseils de l’ordre prennent également l’initiative. Ainsi, en mars 2006, le centre de médiation du CdO de Toulouse a créé un site d’information qui propose, entre autres, un formulaire pour demander une médiation conventionnelle.

Le centre a été créé en 2000 par le président du CdO Desarnauts, précurseur puisqu’il a fallu attendre l’arrêté du 27 novembre 2010 pour qu’un texte réglementaire précise que la profession d’avocat est compatible avec la fonction de médiateur.

En outre, le groupe européen de magistrats pour la médiation, Gemme; a à son tour créé un site accessible à l’adresse  qui fournit des informations générales sur la médiation en Europe et des informations spécifiques sur chaque pays.

L’association, créée en France en décembre 2003, compte environ 450 membres, trois quarts des juges, répartis dans 21 pays – 19 de l’Union européenne plus la Suisse et la Norvège.

Suite au colloque de Paris de juin 2014 à l’occasion du 10e anniversaire de l’association, trois nouvelles sections nationales sont en cours de constitution: la Grèce, la Suède et le Danemark, une section nationale pouvant être créée par un minimum de 7 magistrats. Gemme France comprend 100 membres (76 magistrats et 24 membres associés).